« Boko Haram est une menace mondiale au même titre que Daesh – il faut des élections justes au Nigeria pour combattre ces terroristes », déclare Pittella

Pittella: "Boko Haram a global threat like Isis – fair elections needed in Nigeria to fight terrorists"

Après la décision des autorités nigérianes de reporter l’élection présidentielle, et suite aux violences perpétrées en permanence par Boko Haram, le président du Groupe des Socialistes & Démocrates au Parlement européen, Gianni Pittella, a déclaré ceci :

« Boko Haram a cessé d’être juste une menace locale. Ils sont devenus une menace globale, qui met toute la région en danger, y compris le Cameroun, le Tchad et le Niger. Des milliers de personnes ont été tuées, et plus d’un million et demi ont été déplacées. Des familles sont détruites, des femmes et des jeunes filles violées, des enfants sont devenus orphelins. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés. »

« Les terroristes de Boko Haram sont aussi dangereux que ceux de Daesh et d’Al-Qaïda. L’Union européenne et la communauté internationale doivent stopper leur avance et les empêcher de perpétrer de nouvelles atrocités. »

« Il est crucial pour le Nigeria – et pour la région dans son ensemble – que ce pays puisse organiser, sans attendre, des élections présidentielles inclusives, transparentes et crédibles. La présence d’un gouvernement fort et légitime est une condition préalable pour combattre et battre Boko Haram. Les élections au Nigeria donneront le ton pour les autres élections africaines prévues cette année. La démocratie et l’État de droit doivent primer. »

« Pour soutenir ces efforts, l’UE a déjà soutenu financièrement le processus électoral nigérian, à hauteur de 35 millions d’euros. À la demande des autorités nigérianes, l’Union a également déployé une mission d’observation électorale. En tant que Socialistes & Démocrates, nous continuerons à suivre de près les élections au Nigeria, d’autant plus que deux de nos eurodéputés, Kashetu Kyenge et Javi Lopez, prendront part à la mission d'observation électorale du Parlement européen. »

« Nous ne pouvons laisser un des principaux pays africains se confronter seul à des terroristes sanguinaires. Nous ne pouvons répéter les erreurs commises par le passé au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. »