Communiqué de presse S&D concernant les résolutions au sujet de Boko Haram au Nigeria et d’Al-Shabab au Kenya

The S&D Group in the European Parliament strongly condemns the ongoing and increasingly disturbing violence in Nigeria and in Kenya

Le Groupe S&D au Parlement européen condamne avec force la violence au Nigeria et au Kenya, qui va en s’aggravant.

Pour les Socialistes & Démocrates au Parlement européen, ce terrorisme constitue une menace mondiale, qui nécessite une solution mondiale. Car le terrorisme touche des personnes de toute origine, sans discrimination.

Pour le Groupe S&D, l’UE doit promouvoir la liberté religieuse et la tolérance interculturelle et interreligieuse.

Ana Gomes, eurodéputée S&D, a déclaré ceci au sujet de la situation au Nigeria :

« La vague continue d’attaques au canon et à la bombe, les attentats suicides, l’esclavage sexuel et autres violences sexuelles, les kidnappings et autres actes violents perpétrés par la secte terroriste Boko Haram constituent des crimes contre l’humanité. »

« Dans ces conditions, nous sommes solidaires de la détermination affichée par la population du Nigeria pour combattre toutes les formes de terrorisme dans leur pays. »

« Nous saluons, par ailleurs le travail de tous les journalistes et défenseurs des droits de l'homme, qui cherchent à attirer l’attention du monde sur l’extrémisme de Boko Haram et sur les victimes innocentes de leur violence. »

Elena Valenciano, eurodéputée S&D espagnole et présidente de la sous-commission des droits de l'homme, a commenté la situation au Kenya :

« Nous condamnons dans les termes les plus vigoureux les attaques terroristes délibérées perpétrées par Al-Shabab ce 2 avril à Garissa, où ils ont assassiné 147 étudiants universitaires innocents et blessé 79 autres. »

« Nous condamnons toutes les violations des droits de l'homme, et particulièrement les assassinats de personnes pour leur religion, leur croyance ou leur origine ethnique. »

« La liberté religieuse est un droit fondamental, et nous condamnons vigoureusement toute violence et toute discrimination fondées sur la religion. »

« Dans cet esprit, nous exprimons nos graves inquiétudes concernant l’exploitation abusive de la religion par les auteurs d’actes terroristes dans diverses régions du monde, et nous dénonçons ceux qui exploitent la religion dans des conflits. »