Au nom des S&D, Pittella demande une enquête internationale sur les massacres en RD du Congo

S&Ds: EU Trust Fund for Africa must put the people first

Lors d’un débat en plénière au sujet des massacres qui se déroulent dans l’Est du Congo, le président du Groupe S&D Gianni Pittella a demandé l’ouverture d’une enquête internationale.

Le président Pittella s’est exprimé en ces termes :

« Ce conflit a causé six millions de morts en 20 ans. Cela revient à trois cent mille morts par an, c’est-à-dire que huit cents personnes sont tuées chaque jour. Toutefois, cela n’empêche pas certains de qualifier le conflit qui se déroule en RD du Congo, et en particulier dans la région du Nord Kivu, de ‘conflit de faible intensité’. En fait, il est dramatiquement et scandaleusement clair que tant la communauté internationale que l’Union africaine n’ont accordé à cette tragédie négligée qu’une ‘attention de faible intensité’. »

« Dans ces conditions, le Groupe S&D a demandé et obtenu un vote sur une résolution qui exhorte l’Union européenne à ne pas fermer les yeux sur la brutalité des milices qui massacrent des personnes désarmées afin d'expulser la population et prendre le plein contrôle des ressources naturelles et minérales. Nous l’avons clairement constaté lors du massacre qui a eu lieu récemment dans la ville de Beni. »

« En conséquence, nous demandons nommément à la Haute Représentante aux Affaires étrangères, Federica Mogherini, de lancer une enquête internationale au sujet de ces massacres, en collaboration avec les Nations Unies et le Tribunal pénal international. Par ailleurs, nous exhortons les membres européens du Conseil de Sécurité à prendre toutes les initiatives susceptibles de mettre fin à ces crimes. »

« Dans le même esprit, nous demandons à l’ONU d’effectuer une évaluation impartiale des progrès de la mission Monusco, dont la protection des civils doit constituer l’objectif principal. »

« Au cours des semaines prochaines Elena Valenciano, présidente de la sous-commission Droits de l’homme du PE, se rendra dans l’Est de la RDC pour y rencontrer des représentants de la société civile. À son retour, elle rendra compte de la situation sur le terrain. »

« Ces crimes contre l'humanité ne peuvent pas rester impunis. Europe, réveille-toi ! »