L’eurodéputée S&D Kathleen Van Brempt présidera la commission d’enquête sur le ‘dieselgate’

S&D MEP Kathleen Van Brempt to chair the dieselgate inquiry committee, 45-member committee of inquiry into the Emission Measurements in the Automotive Sector (EMIS), automotive sector, consumers rights, environmental impact, Gianni Pittella, kathleen van

Lors de sa première réunion, ce 2 mars, la commission d'enquête sur la mesure des émissions dans le secteur de l'automobile (EMIS) a désigné l’eurodéputée et viceprésidente du Groupe S&D, Kathleen Van Brempt, pour la présider. Cette commission est composée de 45 membres.

Gianni Pittella, président du Groupe S&D, a déclaré ce qui suit :

« Nous avons pris un engagement fort et clair en la matière et nous l’avons tenu. Dès le départ, nous avons pris la tête de ceux qui demandaient la création d’une commission d’enquête parlementaire. Son but n’est pas de clouer au pilori les constructeurs automobiles ou d’autres parties prenantes, mais d’apporter des éléments au débat sur l’amélioration du droit de l'UE en vigueur. Nous agissons pour le bien des consommateurs autant que pour celui de l’ensemble du secteur automobile. »

L’eurodéputée et viceprésidente S&D Kathleen Van Brempt a déclaré ceci :

« Le scandale du ‘dieselgate’ a ébranlé la confiance des consommateurs dans l’industrie automobile, juste au moment où la conscience des incidences environnementales des produits achetés s’approfondit. Or, ce secteur est crucial pour notre économie. Par conséquent, on ne peut admettre une situation où les consommateurs n’auraient pas confiance dans la capacité de l’industrie automobile à se conformer aux normes en vigueur. C’est d’autant plus vrai lorsqu’il s’agit de la santé des citoyens. En effet, plus de 400 000 décès prématurés sont dus, chaque année, à la pollution atmosphérique. »

« Dans ces conditions, cette commission doit mettre de côté les clivages partisans. Elle doit concentrer ses efforts collectifs sur la mise à jour des dysfonctionnements, et elle doit s’attacher à découvrir pourquoi les logiciels fraudeurs installés dans les voitures diesel de Volkswagen ont été détectés par les autorités des États-Unis et non par celles de l’UE. »

« Les citoyens attendent de nous une évolution vers une ‘Union sans cesse plus propre’, dans le cadre de la protection de la santé publique. Dans cette optique, nous devons en premier lieu veiller à disposer d’une législation environnementale rigoureuse, ambitieuse et sans failles. Ensuite, nous devons faire en sorte que cette législation soit dûment mise en œuvre et appliquée. »

Seb Dance, eurodéputé et coordinateur S&D fraîchement élu pour la commission EMIS, a ajouté ceci :

« Le scandale du ‘dieselgate’ a mis en lumière les profondes lacunes du système actuel de mesure des émissions des voitures, et de la pauvreté des moyens mis en œuvre par la Commission et les États membres pour y remédier. »

« Nous devons aller jusqu’au fond des choses pour découvrir si les officiels de la Commission et des États membres, qui auraient dû intervenir au nom de l’intérêt public, disposaient de preuves de l’utilisation de ces logiciels frauduleux et ont choisi de ne pas agir en conséquence. »

« Cette commission d’enquête est un pas important vers le retour de la confiance dans l’efficacité de la législation environnementale européenne et dans l’industrie automobile. La commission devra veiller à ce que ce secteur soit un pionnier de l’installation de nouvelles générations de technologies plus propres. Nous devons tirer des leçons du scandale et faire en sorte qu’il ne puisse plus jamais se reproduire. »