Soutien S&D aux autorités de la République centrafricaine pour la réconciliation populaire et la lutte antiterroriste

S&Ds support Central African Republic authorities on people's reconciliation and fight against terrorism, #4Africa, Norbert Neuser, Faustin-Archange Touadéra, Federica Mogherini, Karim Meckassoua,

centrafricaine et à lui apporter des fonds. Cette conférence des donateurs avait pour but d’obtenir des fonds de la part des pays et organisations participants, pour la stabilisation et le développement économique du pays.

Federica Mogherini, Haute Représentante pour les Affaires étrangères et la politique de Sécurité de l’UE, et le président de la République centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, ont coprésidé la conférence qui réunissait des représentants de plus de 80 pays et organisations.

Le 16 novembre, Norbert Neuser, eurodéputé et coordinateur S&D à la commission DEVE, a pu rencontrer le président du parlement centrafricain, Karim Meckassoua.

Après cette rencontre, l’eurodéputé S&D Norbert Neuser a déclaré ceci :

« Le président Touadéra a abordé ouvertement les problèmes et défis rencontrés par la République centrafricaine. Élu président en février 2016, il a depuis dédié tous ses efforts à la tentative de surmonter le passé violent du pays. Dans cette perspective, deux points sont très importants. D’une part, il s’agit de réconcilier les populations chrétiennes et musulmanes. De l’autre, l’État doit reprendre le contrôle de la totalité du pays et de ses frontières. En effet, des groupes rebelles et terroristes circulent toujours librement dans certaines parties du pays. »

Norbert Neuser a ajouté ce qui suit :

« La stabilité politique instaurée sous le nouveau président crée une occasion idéale de surmonter la situation difficile du pays. La dernière crise violente a commencé en décembre 2012, pour dégénérer par la suite en guerre civile. Milices chrétiennes et musulmanes s’affrontaient et commettaient des atrocités sur la population civile. En décembre 2013, la France a fini par intervenir pour empêcher de nouvelles atrocités. »

« À l’heure actuelle, la République centrafricaine est le deuxième pays le plus pauvre du monde. Près de la moitié de sa population d’environ cinq millions de personnes ne mange pas à sa faim. »