La violence en RDC est hors de contrôle, l’UE doit agir et exiger une date pour les prochaines élections

S&Ds: We must stop turning a blind eye on the situation in the DRC, #4Africa, Gianni Pittella, Elena Valenciano, Beni territories,

Le Groupe S&D considère que le processus électoral en République démocratique du Congo doit aller de l'avant dans le respect de la Constitution du pays. Commentant les événements tragiques survenus en RDC, Gianni Pittella, président du groupe S&D a déclaré:
 
"Nous déplorons l'instabilité persistante en RDC qui a conduit  à une recrudescence de violence et à de nouvelles victimes cette semaine. Il est crucial que dans le cadre d'une concertation, une date soit fixée immédiatement pour de nouvelles élections, comme le prévoit la Constitution, dans le but de mettre fin à l’impasse politique.
 
"Mon groupe politique demandera un débat au Parlement européen pour discuter du rôle que l'UE peut jouer pour mettre fin à l'instabilité politique et à la violence dans les rues de Kinshasa. Ces deux phénomènes aggravent la situation humanitaire, déjà critique et l’insécurité dans le pays et dans la région des Grands Lacs ".
 
Dans son compte-rendu sur la situation dramatique du Nord Kivu en ce qui concerne les personnes déplacées et la situation humanitaire, l'eurodéputée et envoyée spéciale du Groupe S&D, Elena Valenciano a indiqué:
 
"L'Est du pays est une aire de jeux pour les groupes armés et continue  d’être le témoin de massacres extrêmement violents, plus récemment dans les territoires de Beni. Il est clair que les responsabilités sont complexes et multiples.
La communauté internationale doit s’intéresser à nouveau à cette région qui est une bombe à retardement avec des conséquences potentiellement dramatiques pour ses voisins, et le continent dans son ensemble. J'ai compilé de nombreuses conclusions que je présenterai à la Haute Représentante Federica Mogherini, ainsi qu'aux Etats membres, les invitant à coordonner une réponse appropriée à ce conflit. En attendant, je demande une aide humanitaire accrue envers les réfugiés dans les camps, qui ont été complètement oubliés et qui vivent dans des conditions d’extrême dénuement".