L’avenir de l’Europe

The future of Europe

La crise économique a souligné les limites structurelles de l’UE. Nous sommes convaincus qu’il faut démocratiser les institutions de l’UE et renforcer ses partenariats avec les gouvernements, parlements et sociétés civiles nationaux. Dans cette optique, les institutions européennes doivent s’engager dans le contact direct avec les citoyens et il faut soumettre les processus de décision de l’UE à un contrôle parlementaire beaucoup plus strict. Le traité de Lisbonne a conféré au Parlement européen et au Conseil des ministres un poids égal dans la plupart des domaines : ce principe devrait s'appliquer à toutes les lois de l'UE. 

La gouvernance économique actuelle de l’UE reflète les idées de droite dominantes des dernières décennies. Elle s’est toutefois avérée économiquement inefficace, opaque et incapable de sortir l’Europe de la récession. Nous sommes partisans d’une gouvernance économique plus démocratique, exprimant une conception de la société plus large et plus équilibrée. Les troïkas et commissions de fonctionnaires non élus ne doivent pas disposer d’un pouvoir de décision politique affectant la vie des citoyens européens. Un regard et un contrôle démocratique doivent s’exercer sur leurs actions.