L’UE sur la scène mondiale

The EU on the world stage

Les S&D œuvrent avec passion au développement des relations de l’UE avec ses partenaires stratégiques dans le monde. Il s’agit d’abord de renforcer le dialogue transatlantique. Il faut également approfondir nos relations avec la Russie et la Chine, à partir de préalables constructifs mais critiques. Parallèlement, nous devons initier des dialogues avec les puissances émergentes comme le Brésil, l’Inde et l’Afrique du Sud.

 

Relations transatlantiques

L’UE et les USA sont des alliés clés mutuels. Ils partagent des principes et des valeurs communs et jouent un rôle essentiel dans la politique mondiale multilatérale. Mais la nature de l’alliance transatlantique évolue : l’Europe n’est plus la préoccupation stratégique principale de la politique étrangère des États-Unis. Nous soutenons évidemment le renforcement des relations en matière de commerce et d’investissement entre l’UE et le USA, pour stimuler la croissance économique et créer les emplois dont les deux rives de l’Atlantique ont un besoin si pressant. Toutefois, nous pensons également qu’un Partenariat Transatlantique de Commerce et d'Investissement global doit inclure des conditions et des garanties permettant de sauvegarder les normes européennes tout en tirant un bénéfice maximal de nos intérêts communs.

 

Partenariats stratégiques – la Russie et la Chine

Les S&D sont partisans de relations constructives entre l’UE et la Russie, fondées sur la confiance mutuelle. Si nous critiquons les tendances négatives de la politique intérieure russe, nous sommes également conscients de nos intérêts communs. Dans cet esprit, nous continuons à demander un vrai partenariat entre sociétés européenne et russe, comprenant la suppression progressive des visas. Nous pensons que la relation UE-Russie doit se fonder sur la conscience d’une responsabilité partagée, tant dans le voisinage européen qu’à l’échelle planétaire. Par conséquent, nous continuons à nous engager en faveur d’un partenariat et d’un dialogue critiques.

L’UE est le premier partenaire commercial de la Chine, tandis que la Chine est la première source d’importations de l’UE. Cette relation constitue une source majeure de richesse, d’emploi, de développement et d’innovation pour les deux parties. Mais les relations entre l'UE et la Chine ont également une influence sur le monde. Nous soulignons systématiquement les grands défis que la Chine doit surmonter : sécurité sociale, droits des travailleurs, activités syndicales, protection environnementale et droits de l'homme. Ces questions sont toujours à l’avant-plan des discussions avec nos homologues chinois. En ce qui concerne les tensions régionales impliquant la Chine, les S&D soulignent la nécessité de résoudre les litiges dans le respect des règles et des normes internationales.

 

Iran

La situation politique de l’Iran constitue une question internationale sur laquelle l’UE doit s’exprimer avec plus de force. Nous avons pris une position conséquente qui favorise le dialogue avec l’Iran pour désamorcer les tensions, résoudre les différends et aboutir à une normalisation progressive des relations. Les sanctions imposées par les États-Unis et l’UE ont des effets sociaux et économiques dramatiques pour les Iraniens. Nous restons convaincus qu'il faut résoudre la crise provoquée par le programme nucléaire iranien par des moyens diplomatiques plutôt que militaires. Par ailleurs, nous avons soutenu les militants iraniens des droits de l'homme Nasrin Sotoudeh et Jafar Panahi, lauréats du prix Sakharov 2012 du Parlement européen pour la liberté de l'esprit.

 

Amérique latine

Peu de régions du monde ont tant de points communs avec l’Europe que l’Amérique latine. Les S&D comprennent le paysage politique pluriel, divers et mouvant de ce subcontinent, les défis que lui posent en permanence les inégalités sociales, la pauvreté et l’injustice sociale. Nous continuons à œuvrer pour un dialogue ambitieux et constructif et pour l’approfondissement des alliances stratégiques avec l’Amérique latine. Nous voulons promouvoir la cohésion sociale ; combattre l'inégalité ; soutenir la démocratisation et les droits de l'homme ; encourager le développement durable, la protection environnementale et la coopération régionale.

Nous nous sommes constamment battus, à ce niveau, pour intégrer aux négociations commerciales des règles contraignantes en matière de normes sociales, environnementales et de droit du travail. Les S&D ont ainsi obtenu l’inscription, dans l’accord de libre-échange entre l’UE, la Colombie et le Pérou, d’une feuille de route pour améliorer des droits de l'homme et les normes de travail. Dans le même esprit, nous soutenons les négociations en cours pour un accord ambitieux, équilibré et exhaustif avec le Mexique, en veillant à ce que les deux parties en tirent un même bénéfice.

 

Afrique

Au Parlement européen, les S&D jouent un rôle moteur dans le soutien aux populations d’Afrique, dans la réponse aux besoins humanitaires et aux besoins en matière de développement, ainsi que dans la promotion des valeurs de la démocratie et de la bonne gouvernance. Au début de ce millénaire, l’UE a renouvelé son dialogue avec l’Afrique, en vue de l’élaboration d’un partenariat stratégique. Dans cet esprit, l’UE a répondu activement au printemps arabe en Afrique du Nord, elle a réagi à la gravité de la situation au Sahel et dans la Corne de l'Afrique. Toutefois, les actions mises en œuvre pour parer à l’instabilité de ces régions doivent s’inscrire dans une stratégie plus vaste favorisant la bonne gouvernance, le développement, l’action humanitaire et la restauration  de l’État de droit.

La situation africaine a connu une certaine embellie en raison d’une croissance économique rapide et de succès obtenus sur le plan de la réduction de la pauvreté. Au Sommet de l’ONU de septembre 2015, le Groupe S&D s’est vigoureusement battu pour obtenir les objectifs du développement durable ambitieux qui ont été convenus. Dans cette optique, nous pensons que l’UE doit conduire le développement international d’une voix unie et forte. En conséquence, les pays de l’UE doivent tenir leur promesse d'affecter 0,7 % de leurs revenus à l’aide publique au développement. Nous estimons que le développement durable et l’éradication de la pauvreté doivent constituer des priorités mondiales.

Par ailleurs, il est capital de favoriser l’égalité des sexes, particulièrement en matière d’enseignement et de santé. En effet, Les femmes peuvent jouer un rôle essentiel dans la lutte contre la discrimination et pour le développement, par exemple sur les plans de l’amélioration de la santé des mères et de la réduction de la mortalité infantile. L’accès universel à l’eau potable et aux installations sanitaires doit également constituer une priorité.

Lire plus sur nos initiatives concernant l’Afrique en matière d’enseignement [#Educa] et de coopération Afrique-UE.

 

Documents Relatifs 
Document de prise de position du S&D sur les mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États dans les négociations commerciales en
04/03/2015
Négociations UE - US pour un partenariat transatlantique de commerce et d'investissement - TTIP. Document d'orientation politique du Groupe des Socialistes et Démocrates
17/04/2014