Transport, tourisme & régions

Transport, tourisme & régions

La promotion de la cohésion économique, sociale et territoriale ainsi que de la solidarité entre régions est un des objectifs clés de l’Union européenne. Nous pouvons y parvenir grâce à la politique de cohésion européenne. Cet outil européen d'investissement dans les régions, unique en son genre, représente actuellement à peu près un tiers du budget de l'UE. Le Groupe S&D soutient résolument cet objectif de rassembler les régions européennes, et Il souhaite que la politique de cohésion de l’UE contribue au développement économique de toutes les régions et génère des emplois de qualité.

Le groupe S&D se bat pour que l’Europe dispose de transports efficaces, sûrs, durables et concurrentiels. Il s'agit de protéger autant les emplois que les droits des voyageurs, et de garantir la libre circulation des personnes et des biens. Ces objectifs ne peuvent être atteints que si une législation européenne est mise en œuvre qui évite les disparités des conditions sociales entre États membres.

Nous luttons en faveur de politiques européennes qui montrent au monde que les développements sociaux et la protection climatique peuvent aller de pair. Le tourisme est crucial à la croissance économique et à la création d'emploi dans de nombreux pays européens. En effet, ce secteur permet à des millions de personnes dans l’UE d’échapper à la pauvreté. Bien gérée, l’industrie du tourisme peut jouer un rôle important dans la protection des habitats européens naturels.

La politique européenne de cohésion a joué un rôle essentiel dans la réduction des écarts de développement entre régions européennes. Elle a aussi permis de doper l’économie, en investissant aux niveaux local, régional et national, particulièrement lorsque l’investissement national était limité.

Nous nous battons en faveur d’une politique de cohésion qui implique pleinement les populations des régions, qui soutient une croissance intelligente, durable et inclusive, qui réduit les disparités sociales et économiques et dialogue avec les citoyens.

Nos priorités en la matière

•    Investir dans les citoyens et pour les citoyens
Le Groupe S&D privilégie une approche permettant aux citoyens de répondre aux défis actuels et de satisfaire leurs besoins. L’UE doit assurer à la politique de cohésion un budget approprié, qui respecte un équilibre entre l'investissement dans les citoyens et l'investissement pour les citoyens. Nous sommes convaincus que l’Europe doit :
•    investir dans un enseignement de grande qualité, dans la formation en général et la formation professionnelle notamment ;
•    améliorer le fonctionnement du marché du travail, créer des emplois de qualité et s’attaquer au chômage des jeunes ;
•    favoriser l’intégration sociale, combattre la pauvreté et toutes les formes de discrimination.

•    Une croissance intelligente, durable et inclusive
Le Groupe S&D se bat pour la réduction des disparités sociales et économiques entre populations, régions et pays de l’UE. Nous voulons une politique de cohésion visible et durable à court, moyen et long terme ; une politique de cohésion qui réponde aux grands défis de nos sociétés et de nos économies, et qui vise une croissance intelligente, durable et inclusive. Nous devons :
•    favoriser la recherche, le développement technologique et l’innovation ;
•    investir dans les petites entreprises et les start-up ;
•    investir dans les infrastructures de télécommunication, l’approvisionnement en énergie intelligente et la numérisation des industries et sociétés.

•    Soutenir les citoyens des zones urbaines et rurales
L’UE ne doit pas seulement viser à réduire les écarts de développement et les inégalités socio-économiques et territoriales. Elle doit aussi éliminer les obstacles bureaucratiques qui freinent les régions et les citoyens. Nous pouvons soutenir le développement de villes intelligentes et de zones rurales, en impliquant pleinement les citoyens dans l’élaboration des stratégies nouvelles concernant leurs régions. Et répondre ainsi aux défis communs comme la mondialisation, le changement climatique et l’immigration.

Si nous voulons réduire le réchauffement planétaire de simplement 2°C, l’UE doit, d’ici 2050, réduire de 60 % les émissions dues au transport (par rapport aux niveaux de 1990). Pour réaliser les objectifs européens en matière de changement climatique, notre but stratégique est de réduire à zéro, au cours des prochaines années, les émissions de carbone dues au transport.

Or, l’Europe dispose des outils nécessaires à la réalisation de ces objectifs :

•    un financement approprié pour l’infrastructure de transport, afin d'équiper l'Europe d'un système de transport moderne ;
•    une recherche et développement qui cible les systèmes de transport intelligents, l’accroissement de l’efficacité énergétique et l’amélioration des incidences sociales et environnementales ;
•    une réglementation qui relève les normes en la matière ;
•    l’application du principe du pollueur-payeur, afin que chaque mode de transport paie le coût total de son impact sur la société et l’environnement ; Il nous faut développer des techniques robustes d'évaluation de ces coûts externes, afin de rendre plus chers les modes de transport nuisibles à l'environnement et moins cher le transport durable ;
•    une surveillance du marché pour veiller à l’application des normes ; dans la foulée du scandale du Dieselgate, le Groupe S&D milite pour le renforcement des normes de supervision des nouvelles voitures, afin d’empêcher, à l’avenir,  toute nouvelle fraude aux émissions; nous sommes partisans d’une compensation aux consommateurs, et nous demandons la création d’une agence de surveillance pour que toutes les nouvelles voitures soient soumises à un contrôle sévère identique, indépendamment de leur lieu de construction en Europe.

Retards, annulations, perte de bagage, ... : de nombreux citoyens de l’UE ont subis ces inconvénients lors de leurs voyages.  Nos eurodéputés se sont battus avec succès pour le renforcement des droits des passagers du rail, de l’air, de la route et du bateau : des règles communes ont été établies en matière de compensation et d’assistance.

Le Groupe S&D a lancé des initiatives pour améliorer la sécurité du transport en Europe. Nous nous sommes battus pour améliorer l’éducation à la sécurité routière, renforcer les inspections automobiles et protéger les usagers vulnérables de la route. Nous avons également soutenu des propositions pour mieux tenir compte des questions de sécurité dans le transport aérien et assurer une meilleure formation dans ce secteur.

Le Groupe S&D se bat pour garantir à chaque travailleur de l’Union européenne l’accès à un travail décent assorti d’un salaire suffisant. Nous menons campagne pour que le nouveau train de mesures concernant la mobilité aille de pair avec l’application correcte de la législation sociale de l’UE. L’Union européenne doit s’attaquer à la concurrence déloyale, lutter contre la distorsion des conditions d’emploi et de travail, et garantir aux travailleurs du transport une protection sociale appropriée. Pour l’instant, les entreprises qui respectent les règles ne sont pas en mesure de concurrencer les prix réduits de manière déloyale. Ces pratiques privent la société dans son ensemble de recettes fiscales et de contributions sociales nécessaires au financement des services publics essentiels. C’est le prix que nous payons pour ne pas avoir voulu réprimer le dumping social et les sociétés de façade. Les citoyens méritent que l’UE mette résolument fin à ces pratiques injustes.

Nous voulons faire cesser le dumping social en conférant à la Commission le pouvoir d’enquêter sur des cas transfrontières d’employeurs qui cassent salaires et conditions de travail locaux. Ce pouvoir doit être assorti du droit de pénaliser les employeurs qui en sont responsables. Par ailleurs, nous poursuivrons la lutte contre le « cabotage » illégal, une pratique où un véhicule enregistré dans un pays donné transporte sans autorisation des biens ou des passagers vers un autre pays.

L’Europe doit investir plus et mieux dans ses infrastructures, afin de de renforcer la cohésion de l’Union et de favoriser l’emploi et la croissance durables. Les eurodéputés S&D se sont battus avec succès pour que le Fond pour l'interconnexion en Europe dispose d’un financement suffisant, destiné à des projets d’infrastructure clés. Ce programme de l’UE vise à promouvoir l’investissement dans le transport, l’énergie et les télécommunications durant la période de 2014-2020.

L’UE souhaite instaurer un système européen de péage routier. Celui-ci permettra de taxer les poids lourds qui empruntent nos routes. Le Groupe S&D souhaite que le système d’eurovignette proposé s’applique non seulement aux poids lourds mais aussi aux véhicules utilitaires légers et aux voitures de tourisme. Et que le calcul s’appuie sur les principes de l’utilisateur-payeur et du pollueur-payeur, en tenant compte des coûts externes. Nous voulons que tous les usagers participent équitablement au financement des infrastructures européennes.

L’industrie du tourisme connaît la croissance la plus rapide et la plus importante de toute l’économie mondiale. Pour permettre au tourisme européen de réaliser son plein potentiel nous devons investir dans l’amélioration des infrastructures de transport, développer les réseaux culturels et les sites patrimoniaux, protéger les régions rurales et les réserves naturelles. Nous voulons aussi protéger les droits des travailleurs, leur offrir des possibilités de formation, et exploiter pleinement les opportunités touristiques pour créer des emplois verts.

Car le tourisme joue également un rôle essentiel dans la création d’emploi et la croissance économique. Il apporte à de nombreuses régions des revenus indispensables. S’il est correctement géré, le tourisme rural peut aussi jouer un rôle important dans la préservation de la biodiversité et la protection des habitats naturels. Ainsi, le tourisme bénéficierait tant à l'environnement, aux communautés locales qu'aux touristes.