Lanceurs d’alerte et liberté de la presse : l’hypocrisie de la droite européenne

Le Parlement européen se prononcera la semaine prochaine sur le rapport de Virginie Rozière appelant à protéger les lanceurs d’alerte à l’échelle européenne. Ce vote interviendra au lendemain de l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia à Malte, qui rappelle cruellement que dénoncer des pratiques mafieuses, qu’il s’agisse de fraude fiscale, de corruption ou de destruction de l’environnement, n’est pas sans risque face aux intérêts des criminels en col blanc.

Les journalistes sont essentiels à la liberté de la presse et, à leurs côtés, les lanceurs d’alerte jouent eux aussi un rôle indispensable en démocratie. Par leur action, des pratiques inacceptables sont dénoncées : sans eux, pas de SwissLeaks, de LuxLeaks, de Panama papers, de BahamasLeaks ou encore de scandale du Mediator. Leur intervention permet aux citoyens et aux politiques de mieux lutter contre ces pratiques inadmissibles.

Le rapport adopté en commission des affaires juridiques est un excellent résultat  pour la liberté de la presse et la protection des sources, mais des menaces pèsent sur le vote en plénière la semaine prochaine à Strasbourg : la droite européenne veut supprimer la possibilité pour les lanceurs d'alerte d’informer directement la presse en cas d'atteinte à l'intérêt général. La question de la divulgation à la presse est pourtant essentielle : ne pas permettre l’alerte aux médias, ou n’ouvrir cette possibilité qu’en dernier recours, revient à limiter la liberté d’informer et le droit du public d’accéder à des informations d’intérêt général.

En déposant un amendement pour priver les lanceurs d’alerte de cette capacité, la droite européenne fait preuve d’une réelle hypocrisie : alors qu’elle se dit favorable à leur protection, elle s’emploie dans les faits à en limiter drastiquement la portée. De peur, sans doute, de voir ce double discours trop clairement exposé, cette même droite s’est opposée à la tenue d’un véritable débat public.

Les socialistes et radicaux français, le groupe des socialistes et démocrates ainsi que toutes les forces de progrès seront pleinement mobilisés dans l’hémicycle pour faire barrage à cette tentative de la droite européenne de porter atteinte à la liberté d’information et pour défendre une presse libre !

 

--

 

Invitation à la conférence de presse : une protection européenne des lanceurs d’alerte, vote du rapport final

Mardi 24 octobre 2017 à17h00

Parlement Européen de Strasbourg

Salle LOW N-1/201

 

1 Avenue du Président Robert Schuman, 67000 Strasbourg

 

Virginie Rozière, députée européenne S&D et rapporteure sur la protection des lanceurs d’alerte pour le Parlement européen, vous convie à une conférence de presse le mardi 24 octobre 2017 à 17h00.

 

Après les nombreux scandales qui ont suivi les révélations des atteintes faites à l’intérêt général par des lanceurs d’alerte, cette conférence de presse sera l’occasion de commenter les débats en plénière et les résultats des votes sur le rapport sur la protection des lanceurs d’alerte. En compagnie des Shadow rapporteurs, Mme Estaras (PPE, ES), M. Dzhambazki (ECR, BG), M. Cavada (ALDE, FR), M ; Chrysogonos (GUE, GR), M. Pascal Durand (Verts, FR), Mme Ferrara (EFDD, IT), cette conférence permettra également de revenir sur les enjeux d’un soutien européen aux citoyens qui prennent tous les risques pour défendre l’intérêt commun.

 

Le 2 octobre dernier, le rapport de Virginie Rozière a été adopté en commission des affaires juridiques du Parlement européen. La définition des lanceurs d’alerte qu’il propose devrait permettre de couvrir un large éventail de situations : dès lors qu'une personne révèle une information d'intérêt général, elle devrait être protégée mais aussi conseillée par un tiers impartial à même de vérifier la véracité des informations partagées.

 

Alors que les débats sur ce rapport se tiendront le lundi 23 octobre à Strasbourg, Virginie Rozière insiste sur un point essentiel. Au-delà des procédures de signalement claires établies au sein des entreprises, un lanceur d’alerte doit pouvoir révéler directement une information à la presse ou à la société civile, particulièrement lorsqu’il s’agit d’atteintes nuisibles à la santé, l’environnement ou lorsque ces informations éclairent le débat public.

 

Si vous souhaitez prendre part à cette conférence de presse, merci de confirmer votre présence auprès de Julie Ruocco : julie.ruocco@europarl.europa.eu.

 

Country: 
France