Le Parlement européen échoue à s'engager contre la pollution automobile

Le Parlement européen n'a pas rejeté aujourd’hui le projet de décision de la Commission européenne visant à relever la limite de tolérance d'émissions d'oxydes d'azote (NOx) par les voitures diesel jusqu'à 110 %, ce que nous déplorons fortement.
 
Pour rappel, cette proposition permettra aux automobiles de dépasser toujours plus les seuils maximums autorisés de NOx, des particules cancérigènes.
 
Un tel vote n'a aucun sens dans le contexte de notre condamnation sans ambiguïté de la fraude aux émissions de polluants par Volkswagen, et de la mise en place par le Parlement européen d’une commission d’enquête sur ce scandale sanitaire. Une majorité d'eurodéputés a préféré permettre aux automobiles de polluer toujours plus, certains parce que la proposition de la Commission européenne comportait un élément positif - des tests d’émissions en conditions de conduite réelles quand, jusqu’à maintenant, les tests en laboratoire permettaient bien des manipulations ; mais nombre d'entre eux n’ont-ils pas cédé aux sirènes du lobby automobile, au prix de la santé de leurs concitoyens ?
 
Il est regrettable que le Parlement européen n'ait pas saisi cette occasion de faire pression sur la Commission et la Conseil, son soutien aurait été apprécié par ceux des États-membres, dont la France, qui œuvrent à rendre les normes plus protectrices pour la qualité de l'air. Les eurodéputés socialistes et radicaux ne désarment pas pour autant, et continueront d'exiger une révision des autorisations de dépassement de seuils sans relâche.

Country: 
France