"Dites-moi, je vous prie, de quel côté faut-il me diriger?" "Cela dépend beaucoup de l’endroit où vous voulez aller," dit le Chat.

"Cela m’est assez indifférent," dit Alice.

"Alors peu importe de quel côté vous irez," dit le Chat.

... "Pourvu que j’arrive quelque part," ajouta Alice en explication. "Cela ne peut manquer, pourvu que vous marchiez assez longtemps."

(Alice au pays des merveilles, Lewis Carroll)

 

Dans ce document de position, le groupe des socialistes et démocrates du Parlement européen invite à une refonte majeure de l'Union économique et monétaire européenne. Il contribue à recenser et à définir pourquoi et comment l'UEM devrait évoluer à court et à plus long terme.

La zone euro n'est pas parvenue à réaliser les principaux objectifs de l'Union européenne en matière de croissance durable, d'emploi, de progrès social, de cohésion et de stabilité.

Les défauts inhérents à la conception initiale de la monnaie unique n'ont fait qu'augmenter l'ampleur et la durée des conséquences de la crise mondiale, entraînant un coût économique immense, une souffrance sociale et des tensions politiques au sein des États membres, mais aussi entre ces derniers.

Le présent document de position avance que, sans réforme majeure de l'UEM visant à parachever cette dernière, il ne sera pas possible de surmonter la crise de manière satisfaisante, et l'Union européenne ne réussira pas non plus son indispensable transformation en un modèle de croissance démocratique, durable, solidaire et compétitive, transformation sans laquelle il sera impossible de préserver et de consolider ses valeurs et ses normes démocratiques et sociales dans un monde de plus en plus concurrentiel, qui évolue de plus en plus rapidement. Afin de garantir la viabilité à long terme de l'UEM, la réforme de l'UEM devrait également prévoir la reprise d'un processus dynamique de convergence structurelle entre ses pays et régions membres, dans le cadre d'un marché unique inclusif et compétitif.

Cette réforme de l'UEM doit aborder de front ses défauts et faiblesses intrinsèques grâce à un changement politique, économique et social à la fois courageux et intelligent. Les principales propositions du groupe des socialises et démocrates comprennent notamment:

  1. Un saut qualitatif important dans les processus de prise de décision démocratiques;
  2. Une coordination plus poussée en matière de politique économique et l'élaboration d'une politique économique relative à l'UEM fondée sur une approche véritablement conjointe en ce qui concerne la politique budgétaire de la zone euro - notamment dans le but de tenir compte des effets de la politique budgétaire agrégée de l'UEM sur la demande interne de la zone euro et sur les ressources financières de cette dernière - en tant que condition indispensable à l'amélioration du dosage macroéconomique, afin de permettre une gestion adéquate de la demande agrégée ainsi que des mesures claires destinées à réduire les inégalités sociales et les inégalités entre les femmes et les hommes;
  3. Une surveillance équilibrée des comptes nationaux afin de traiter aussi bien les déficits que les excédents à l'aide de recommandations par pays, et de façon à soutenir la convergence structurelle;
  4. Un programme de croissance progressif combinant des investissements beaucoup plus élevés et des réformes structurelles équilibrées sur le plan social;
  5. Des normes sociales fondamentales communes et une assiette commune consolidée pour l'impôt des sociétés afin d'éviter le dumping fiscal entre les pays;
  6. Une capacité budgétaire spécifique à l'UEM, comprenant des ressources propres et un dispositif d'emprunt, et poursuivant deux objectifs principaux:

- Fournir un instrument sur mesure en vue d'améliorer la capacité d'absorption des chocs économiques spécifiques à un pays donné;

- Stimuler l'investissement social pour aider à rétablir la convergence structurelle entre les membres de la zone euro lors de la phase de sortie de crise.

Le groupe des socialistes et démocrates invite les présidents de la Commission européenne, du Sommet de la zone euro, de l'Eurogroupe et de la Banque centrale européenne à présenter au Conseil de l'Europe un rapport sur l'avancement de l'UEM traitant ouvertement des grands défis à venir, et ce avec la participation pleine et entière du président du Parlement européen. Le rapport de ces cinq présidents devrait mettre à disposition une feuille de route complète et ambitieuse pour la réalisation progressive de l'UEM, et contenir des propositions claires de réformes immédiates et de changements à plus long terme, notamment des changements nécessitant une réforme des traités existants.

Il invite également le Conseil européen à s'engager dans un processus démocratique pour la mise en œuvre de cette refonte de l'UEM existante, selon les recommandations du présent document. Il ne ménagera pas ses efforts, au cours des mois à venir, pour faire aboutir ce programme de réforme ambitieux et nécessaire.

Related documents

Position paper

Achever et rééquilibrer l'union économique et monétaire un appel à la démocratie