Une authentique alternative

Nous proposons une alternative authentique, conçue pour remettre l’Europe sur les rails de la croissance durable et renforcer la justice fiscale et sociale.

Notre travail dans les domaines économiques et monétaires

La leçon la plus pointue tirée de la crise de la zone euro est que l’instauration d’une monnaie commune, non adossée à des buts économiques et sociaux communs, mène à l’instabilité et va à l’encontre des valeurs partagées de l’Europe. Notre conception, par contre, consiste à renforcer l’Union pour s’attaquer à ces déséquilibres. Il s’agit d’achever l’Union monétaire et économique, et d’adosser celle-ci à la justice sociale.

Par ailleurs, nous menons une bataille résolue pour une politique ambitieuse de lutte contre la fraude fiscale, l’évitement fiscal et les paradis fiscaux : les Européens doivent enfin bénéficier de la justice fiscale.

Nos réalisations

Lancé en 2015, le plan d’investissement de 315 milliards d’euros est une des réalisations majeures du Groupe S&D depuis les élections de 2014. L’engagement de Juncker à réaliser ce plan d’investissement était une condition du soutien du Groupe S&D à l’investiture de sa Commission. Le Fonds européen d'investissement stratégique (FEIS) constitue le cœur de ce plan.

Dans le même esprit, le Groupe S&D a également joué un rôle décisif dans la mise en œuvre d’InvestEU et dans la lutte contre l’austérité. Nous avons, entre autres, obtenu l’assouplissement de la mise en œuvre du Pacte de stabilité et de croissance. C’était notre réponse à l’inutile dureté des mesures d'austérité et à l’absurdité de l’inflexibilité économique, imposées par les forces conservatrices d’Europe.

Nos priorités

Investir pour doper la croissance et créer des emplois

Les Socialistes & Démocrates continueront à se battre résolument pour la réussite du plan d’investissement, y compris le financement de projets plus risqués. De plus, nous devons garantir la transparence, la responsabilisation démocratique et le respect des directives relatives à l’investissement. Par ailleurs, le FEIS doit trouver des moyens de réduire les inégalités sociales et régionales. Dans cet esprit, le Groupe S&D maintiendra la pression en faveur d’une stratégie d’investissement européenne plus exhaustive.

Rendre opérationnelle l’union monétaire et économique

Les erreurs de conception de la zone euro ont aggravé et prolongé les effets de la crise économique mondiale. Celle-ci a eu des coûts économiques immenses, fait gravement souffrir des citoyens ordinaires et engendré des tensions entre États membres de l’UE et au sein de ceux-ci.

Sans réforme majeure d’achèvement de l’Union monétaire et économique (UME), l’UE restera incapable de surmonter correctement la crise financière ou de mettre en place un modèle fructueux de croissance démocratique, durable, cohésive et concurrentielle. De plus, pour garantir la viabilité à long terme de l’UME, ces réformes doivent relancer un processus dynamique de rapprochement des structures économiques des pays et régions de l’UE, dans le cadre d’un marché unique inclusif et concurrentiel.

À cet effet, nous voulons achever l’Union bancaire en y intégrant un système européen de garantie des dépôts, et en assurant à la zone euro la capacité de lever des revenus propres (capacité budgétaire). Il faut également réformer l’Union monétaire et économique (UME) pour contribuer à la réduction des inégalités. 

Par ailleurs, nous sommes partisans de l’intégration complète du Semestre européen (cadre de coordination des politiques économiques des États membres) et de la révision à mi-parcours de la Stratégie Europe 2020. La zone euro doit renforcer sa responsabilisation démocratique envers le Parlement européen, et adosser l’UME à la justice sociale (voir notre campagne pour les droits sociaux). 

Un secteur financier responsable et réglementé

Nous sommes partisans d’une réforme radicale du secteur financier fondée sur la réglementation effective des banques, des fonds spéculatifs et des organismes financiers.

En effet, en 2008 ces banques et entreprises ont poussé le monde au bord du gouffre. Elles ont provoqué une récession qui a coûté des millions d’emplois et réduit le niveau de vie d’une majeure partie de l’Europe.

En conséquence, nous soutiendrons des projets relatifs à l’union des marchés des capitaux qui:

  • préviennent les risques systémiques à l’aide d’une législation appropriée ; 

  • mettent en place des mécanismes forts de supervision ; 

  • défendent un niveau élevé de protection des petites et moyennes entreprises (PME) et des citoyens ; 

  • font en sorte que le financement du marché des capitaux vienne en complément, non en remplacement, des prêts bancaires.

S&D MEP Irene Tinagli on her appointment as Chair of ECON Committee

 

Eurodéputés impliqués

TINAGLI Irene
President/e
Italie
FERNÁNDEZ Jonás
Coordinateur
Espagne
HEINÄLUOMA Eero
Membre
Finlande
BELKA Marek
Membre
Pologne
GILL Neena
Membre
Royaume-Uni
LALUCQ Aurore
Membre
France
MAVRIDES Costas
Membre
Chypre
MOLNÁR Csaba
Membre
Hongrie
REGNER Evelyn
Membre
Autriche
SANT Alfred
Membre
Malte

Voir nos dernières actions

Audiovisuel

S&D MEP Irene Tinagli on her appointment as Chair of ECON Committee

Communiqué de presse

Les S&D demandent la répression plus énergique du blanchiment d’argent

Communiqué de presse

« Nous sommes partisans de la justice climatique et sociale – les coupes sont inacceptables ! », affirment les S&D par rapport au budget 2020 de l’UE

Position papers

Position paper
Publié:
The reform of the Own Resources system