Partager:
Ce 12 décembre, le Parlement européen évaluait les réformes mises en œuvre par l’Ukraine dans le cadre de son accord d'association avec l’UE. Il s’agit du texte le plus ambitieux signé à ce jour par l’UE avec un pays quelconque. Les Socialistes & Démocrates constatent l'adoption d’une série de réformes importantes en dépit de circonstances très difficiles : occupation de la Crimée, agression russe en Ukraine orientale et ensuite en mer d’Azov. Nous encourageons toutefois les autorités ukrainiennes à aller de l’avant, particulièrement dans la lutte contre la corruption et l’amélioration des conditions de vie de l’ensemble des citoyens.
 
Tonino Picula, eurodéputé et rapporteur fictif S&D pour l’accord d'association UE-Ukraine, a déclaré ceci :

« Il est indubitable que l’Ukraine progresse en dépit d’une situation très difficile. Le rapport du Parlement européen pointe cependant une série de carences qui pèsent sur le pays. Dans ce contexte, celui-ci doit accorder la priorité à la lutte anticorruption à tous les niveaux, à la consolidation de la démocratie, à la dé-oligarchisation et à la lutte contre les forces extrémistes de droite. Il faut aussi que les citoyens ordinaires cueillent plus de fruits des réformes domestiques. Les conditions sociales et économiques de tous doivent s’améliorer, Roms compris. De plus, ces réformes ne doivent être ralenties ou suspendues sous prétexte des menaces qui pèsent sur la partie orientale du pays. »
 
« Par ailleurs, le jour de la remise du prix Sakharov 2018 au cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, le Groupe S&D demandait une fois de plus sa libération immédiate. Condamné à 20 ans de prison, en Russie, pour des accusations absurdes de terrorisme, Sentsov est un prisonnier politique qui n’aurait jamais dû passer le moindre jour en prison. »
 
Victor Boştinaru, viceprésident S&D responsable des affaires étrangères, a ajouté ce qui suit :

« L’Ukraine est un partenaire fondamental de l’UE et nous voulons qu’elle progresse plus résolument sur la voie des réformes. Cependant, nous sommes conscients de la difficulté de se concentrer sur des réformes lorsqu’il faut se défendre tous azimuts. En effet, la nouvelle agression délibérée russe, commise cette fois dans le détroit de Kertch, est une nouvelle violation flagrante du droit international sur laquelle ce rapport ne pouvait rester silencieux. Nous condamnons de la manière la plus résolue la tentative russe de placer la mer Noire, la mer d’Azov et les eaux russes du détroit de Kertch sous contrôle militaire russe. Nous espérons que les efforts diplomatiques conduits sous médiation de l’UE permettront le rétablissement de la liberté de navigation dans le détroit de Kertch et la mer d’Azov, le retour des prisonniers de guerre ukrainiens détenus illégalement par la Russie, ainsi que le retour des navires saisis. Dans le cas contraire, nous ne voyons pas d’alternative aux sanctions ciblées. »

Eurodéputés impliqués

CHINNICI Caterina

CHINNICI Caterina

Membre
Italie

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Pologne : le PE dénonce à l’unisson des violations « graves, durables et systémiques de l’État de droit » – il est temps d’agir !

Communiqué de presse

Les S&D demandent l’évacuation immédiate des camps de réfugiés grecs touchés par le COVID-19

Communiqué de presse

L’arrêt de la CJE contre Volkswagen montre l’urgence de l’instauration des recours collectifs au niveau de l’UE