Publié:
Partager:

Le Groupe S&D au Parlement européen insiste sur le respect de la dignité des demandeurs d'asile arrivant en Europe. Il exhorte les autorités grecques et européennes à faire preuve d’un leadership humain et de résoudre les conditions désespérées et déplorables faites aux demandeurs d'asile piégés sur les îles grecques.

En effet, plus de 12 500 personnes vivent dans les points d'accueil, sous tente ou dans des conteneurs non adaptés aux conditions hivernales. La majorité se trouve à Moria sur l’île de Lesbos. Les eurodéputés S&D demandent la fin des conditions insalubres et non-hygiéniques dues à la surpopulation, ainsi que des mesures pour prévenir les violences physiques auxquelles sont confrontés ces demandeurs d'asile.

Le Groupe S&D demande avec persistance la révision du droit d'asile européen. Or, les États membres se sont avérés incapables, jusqu’à présent, de s’accorder sur ce régime d'asile européen commun durable, unifié et effectif, pour lequel se battent les Socialistes & Démocrates.

 Claude Moraes, viceprésident du Groupe S&D pour les démocraties résilientes et les droits fondamentaux, a déclaré ceci :

« La situation à Moria est totalement inacceptable. La mort tragique d’une femme dans un incendie, il y a quelques semaines, était le troisième incident de la sorte survenu dans ce camp depuis le mois d’août. Ces tragédies auraient pu être évitées. »

« En l’absence de mécanismes de partage des responsabilités entre pays de l’UE, la surpopulation des camps de réfugiés a atteint un point de rupture. Même les mesures de protection les plus basiques des femmes, des jeunes filles et des personnes LGBTI font défaut. En conséquence, on continue à assister à des scènes de violence et de harcèlement sexuel, qui instillent dans ces personnes la peur d’utiliser les installations sanitaires du site. Nous avons le devoir d’assurer aux demandeurs d'asile des conditions de vie adéquates, et de protéger leur santé physique et mentale à l’aide d’un système d’asile équitable et efficace. »

« Par leur incapacité à mettre en place un système fondé sur une solidarité authentique et sur le partage équitable des responsabilités, les États membres infligent des souffrances injustes et inutiles aux demandeurs d'asile. »

 Birgit Sippel, eurodéputée et coordinatrice S&D en commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, a ajouté ce qui suit :

« À l’approche de l’hiver, il est urgent de transférer les demandeurs d'asile des îles grecques, et de Moira en particulier, vers des installations appropriées sur le continent, ou bien de les rediriger vers d’autres pays européens. Les femmes, enfants et hommes qui cherchent une protection en Europe ne doivent pas être obligés de passer l’hiver dans des camps sans sécurité ni hygiène. Il faut garantir les droits fondamentaux des personnes arrivant en Europe par voie maritime ou terrestre. »

« De nombreuses personnes piégées sur les îles grecques ne peuvent pas être renvoyées dans leurs pays d’origine ou de transit. L’accélération des retours annoncée fin septembre par le gouvernement grec de droite, sans procédures d'asile appropriées, ouvre la porte à de graves violations des droits humains, des droits fondamentaux et du droit de l’UE. La réforme du régime d'asile européen commun, en fonction de réponses durables fondées sur la solidarité, est la seule solution pérenne de cette crise humanitaire. »

Eurodéputés impliqués

MORAES Claude

Vice-président/e
Royaume-Uni

SIPPEL Birgit

Coordinateur
Allemagne

Contact presse S&D

MACPHEE Ewan

Press Officer
Royaume-Uni

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Les responsables de l’assassinat de Daphne Caruana doivent payer pour leur crime », déclare Birgit Sippel, eurodéputée S&D

Communiqué de presse

La possibilité des actions de groupe se rapproche d’un cran pour les Européens

Communiqué de presse

« Nous soutenons la nouvelle Commission par un vote exigeant, loyal et vigilant », déclare Iratxe Garcia