Publié:
Partager:

Dans une lettre adressée au président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, le président du Groupe S&D Udo Bullmann et la viceprésidente S&D Maria João Rodrigues appelaient la Commission européenne à réaliser leurs promesses afin de regagner la confiance des citoyens de l’UE.

La présentation du programme de travail de la Commission pour 2019 au Parlement européen sera suivie d’un débat.

A la veille de cette discussion, le président du Groupe S&D Udo Bullmann et la viceprésidente S&D Maria João Rodrigues déclaraient ceci :

« Nous souhaitons envoyer aujourd’hui un message très clair : ceci est la dernière chance pour la Commission Juncker de réaliser les décisions qu’elle a prises. En effet, nous sommes à six mois des élections européennes de 2019, et le temps commence à manquer. Les citoyens européens doivent voir que l’UE apporte des solutions robustes et concrètes à leurs problèmes. »

 

« Dans cet esprit, nous comptons sur la Commission pour nous aider à pousser le Conseil sur les dossiers en cours. Or, il nous faut du courage pour surmonter les blocages sur des dossiers stratégiques clés. Il est temps de devenir capables de décider qu’il est crucial de passer au vote majoritaire dans les domaines de la fiscalité et de la politique sociale, comme le propose la Commission européenne. En effet, l’Union ne peut plus laisser de petites minorités saper l’équité et l’intégrité de son modèle social, prendre ceux-ci en otage et agir contre le bien commun. »

 

« En ces temps de montée des inégalités et du populisme, l’UE doit élever sa voix et montrer aux citoyens qu'elle est de leur côté. Dans cette optique, le maintien du statu quo n’est plus une option. En effet, les défis mondiaux d’aujourd’hui ne peuvent pas être résolus à l’échelle nationale, ils nécessitent des réponses précises et concrètes au niveau de l’UE. Par ailleurs, celle-ci doit se transformer fondamentalement pour aller vers un modèle économique progressiste, qui fonctionne au bénéfice du plus grand nombre et non juste de quelques-uns. »

 

« Dans ce même esprit, les S&D ont exhorté la Commission d’agir résolument pour réaliser le socle européen des droits sociaux, pour combattre le changement climatique et la pauvreté, pour instaurer une fiscalité équitable, pour apporter une solution finale à la crise de la zone euro et pour renforcer le budget de la cohésion sociale. »

 

« Afin de progresser dans ce sens, nous autres Socialistes & Démocrates proposons de donner la priorité aux objectifs suivants, d’ici les élections européennes :

           Traduction du socle européen des droits sociaux en législation, politiques et ressources financières. La réalisation des objectifs budgétaires ne suffit pas.

          Instauration d’un véritable programme de réalisation des Objectifs du développement durable (ODD).

         Prise de mesures concrètes de protection de l’intégrité de notre démocratie, du pluralisme, des droits de l'homme et de l’État de droit.

          Révolution numérique : protection des personnes employées dans les nouvelles formes de travail atypique, à l'aide d'un cadre réglementaire fort, aussi pour protéger la démocratie.

           Gestion des migrations à l’aide de réponses au niveau de l’UE, fondées sur la solidarité, la dignité et les droits de l'homme, par la réforme du règlement de Dublin, le développement de voies de migration contrôlées, sûres et légales ainsi que l’établissement d’un partenariat réel avec l’Afrique.

          Assurer l’équité de la fiscalité, particulièrement dans le secteur numérique. Dans ce cadre, nous demandons l’instauration d’un taux effectif minimum pour l’impôt des sociétés en Europe, et nous demandons aux États membres de lutter sérieusement contre l’évasion fiscale, l’évitement fiscal et les paradis fiscaux internationaux.

        Définition d’un cadre financier pluriannuel ambitieux, en tant qu'instrument principal au service d’une transition juste, qui dote l’UE des outils financiers appropriés pour répondre aux défis futurs.

          Création d’une capacité budgétaire pour la zone euro : nous saluons les propositions qui visent à inclure au prochain CFP les premiers éléments d’une capacité budgétaire de la zone euro, mais leur champ d'application et leur volume doivent être augmentés substantiellement afin d’être significatifs. »

 

Note aux rédacteurs :

Ce 23 octobre, la Commission européenne présente au Parlement européen son programme de travail pour 2019. Il s’agit du dernier programme de travail de la Commission actuelle. Ce texte définit les priorités et fait le point sur le travail en cours.

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo
Coordinateur
Allemagne