Partager:

Les dirigeants du Groupe PPE au Parlement européen ont rencontré à Bruxelles le premier ministre hongrois Viktor Orbán.

Dans la foulée, le président du Groupe S&D Udo Bullmann a déclaré ceci :

« Voilà huit ans que Viktor Orbán sape les fondements de la démocratie en Hongrie. Il s’est attaqué aux ONG, puis aux journalistes, à présent il semble même viser le judiciaire. Et malgré tout cela le parti PPE, qui se dit pro européen, dont Orbán est membre, continue à ne rien dire. Au bout du compte, cette attitude rend le PPE responsable du glissement de la Hongrie vers la démocratie illibérale. Dans ce contexte, j’espère que mes collègues le président du Groupe PPE, Manfred Weber, et le président du parti, Joseph Daul, ont enfin dit à M. Orbán ‘ça suffit’. »

« De plus et d’après un rapport de l’OSCE, publié le mois dernier, il pèse de sérieux doutes sur la nature démocratique des élections en Hongrie. En effet, les attaques continuelles contre les médias indépendants font que les élections législatives ne peuvent plus être qualifiées d'entièrement libres ou justes. MM Weber et Daul, vous appartenez à un parti de grands Européens comme Robert Schuman, Alcide de Gasperi ou Konrad Adenauer. Ils doivent se retourner dans leurs tombes en voyant ce que leur parti est devenu.  Si vous croyez vraiment en notre projet européen commun, alors faites ce qui doit l’être et dites enfin à Orbán de se reprendre. »

Eurodéputés impliqués

BULLMANN Udo

BULLMANN Udo

Coordinateur
Allemagne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

L’arrêt de la CJE contre Volkswagen montre l’urgence de l’instauration des recours collectifs au niveau de l’UE

Communiqué de presse

En l’absence d’une règlementation antiblanchiment, européenne et efficace, les criminels se remplissent les poches

Communiqué de presse

« Dans les recours collectifs, les droits des passagers doivent primer sur les intérêts de l’industrie », déclarent les S&D