Partager:

Ce 6 septembre, un tribunal stambouliote condamnait le principal dirigeant du CHP (parti républicain du peuple, dans l’opposition) d’Istanbul, Canan Kaftancioglu, à 9 ans et huit mois de prison. Les charges : publication de « propagande terroriste » et « d’insultes au président turc et à la Turquie » sur des réseaux sociaux, il y a 7 ans.

De plus, le ministre turc de l’Intérieur a menacé de remplacer le maire d'Istanbul Imamoglu. Il a indiqué qu’une déclaration à ce sujet suivrait ce dimanche.

 

Kati Piri, eurodéputée et viceprésidente S&D, ancienne négociatrice principale du Parlement européen avec la Turquie, a déclaré ceci :

« Le prix d’une victoire électorale à Istanbul s’élève apparemment à 9 ans d’emprisonnement. Tout le monde sait que Canan Kaftancioglu est puni pour avoir mené une campagne électorale victorieuse et pour avoir sécurisé les urnes électorales. Le gouvernement turc utilise le pouvoir judiciaire pour punir ses opposants politiques. »

« Le Groupe S&D rejette résolument la condamnation de notre collègue Kaftancioglu, motivée politiquement. Depuis les élections, le gouvernement remplace les maires élus sans la moindre raison crédible. C’est une gifle infligée aux électeurs turcs. »

« L'exécution des menaces à l’encontre du maire d’Istanbul aura de graves conséquences sur les relations de la Turquie avec l’UE. »

« Le Groupe S&D vous soutient, Canan Kaftancioglu ! Nous resterons solidaires de tous ceux qui, en Turquie, croient dans les valeurs de la démocratie libérale. Et nous continuons le combat pour la libération de tous les prisonniers politiques. » 

Eurodéputés impliqués

PIRI Kati

PIRI Kati

Vice-président/e
Pays-Bas

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D condamnent le renforcement par la Chine de son emprise sur Hong Kong

Communiqué de presse

« Les États membres de l’UE doivent intensifier l’aide à la population syrienne, sans pour autant normaliser les relations avec le régime d’Assad », déclarent les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&D, le nouveau parlement serbe est un simulacre de démocratie – qui aura des conséquences sur le processus d'élargissement