Publié:
Partager:

Après quelques tensions au Conseil, les négociateurs des États membres et du Parlement européen réalisaient ce 16 décembre un compromis politique sur la première norme mondiale de durabilité des produits financiers. Ce système de classification unifié, ou taxonomie, définit des critères harmonisés relatifs à la durabilité environnementale des activités économiques. Il constitue l’ultime et plus important troisième pilier du train de mesures relatif à la finance durable. Aux yeux des Socialistes & Démocrates, cette taxonomie constitue un instrument crucial pour assurer une juste transition vers une société et une économie durables, qui ne laisse personne sur la touche. Cet accord confirme enfin le compromis politique réalisé au PE dès le 5 décembre mais rejeté initialement par les États membres. Une série de changements de pure forme du texte ont suffi pour que celui-ci obtienne une majorité qualifiée au sein du Conseil.

Paul Tang, eurodéputé et négociateur S&D pour cette taxonomie, a déclaré ceci :

« La nuit dernière, le Parlement et le Conseil réalisaient un accord politique sur la première définition mondiale de critères de référence relatifs aux investissements privés. Ce texte entraînera l‘affectation de milliards d’euros à la lutte contre l’état d’urgence climatique, et constitue la pierre angulaire du Green Deal européen. Nous avons mené une bataille, que nous avons gagnée, en faveur de l’inclusion au texte du principe de « non-infliction de préjudices significatifs aux objectifs sociaux ». En conséquence, les produits seront uniquement réputés durables s’ils ne portent pas préjudice à des objectifs sociaux comme l'égalité, la cohésion sociale, l’intégration sociale et les bonnes relations au travail. Voici un exemple concret : une voiture électrique ne pourra pas être qualifiée de durable si sa batterie a été produite par le travail des enfants. »

« Nous avons également réussi à accroître considérablement les obligations des grandes sociétés. Celles-ci et les banques seront obligées de publier la part de leur chiffre d’affaires global dérivée d’activités durables du point de vue environnemental, ainsi que le montant de leurs investissements dans la durabilité. Celle-ci ne pourra plus être un ajout de dernière minute aux business plans, mais doit en constituer le cœur. »

« Le but est de mettre la finance au service des gens et de la planète. L’accord réalisé aujourd’hui constitue donc un grand pas vers cette Europe durable qui ne laisse personne sur la touche. »

Simona Bonafè, eurodéputée et négociatrice S&D pour cette taxonomie, a ajouté ce qui suit :

« Pour combattre l’urgence climatique, l’Europe a besoin d’au moins 180 milliards d’investissements additionnels par an dans les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique. En conséquence, il est crucial pour notre avenir de mobiliser les capitaux privés pour l’investissement durable, dans tous les secteurs économiques. Nous voulons responsabiliser plus l’industrie financière, afin qu’elle affecte réellement des ressources financières à un nombre plus élevé de projets durables, et pour l’empêcher de s’en tirer avec des tentatives d’écoblanchiment. Les nouveaux critères de référence permettront aux investisseurs de prendre des décisions judicieuses et de peser de tout leur poids dans la lutte contre l’urgence climatique. »

« Par ailleurs, nous avons réussi à faire en sorte qu’aucun type d’activité liée aux carburants fossiles ne puisse jamais être qualifiée de durable. Nous avons aussi obtenu la surveillance et l’approbation obligatoires par le Parlement européen de tous les critères et seuils techniques relatifs à la durabilité économique. De la sorte, le PE participera à la décision finale sur le niveau d’ambition du cadre taxonomique. Enfin, le fait que nous ayons réussi à inclure à ce règlement des sauvegardes sur les déchets est une autre bonne nouvelle. Dans cette optique, aucune activité économique ne sera qualifiée de durable si ses déchets sont susceptibles de nuire à l’environnement dans le long terme. »

Eurodéputés impliqués

BONAFÈ Simona

Vice-président/e
Italie

TANG Paul

Membre
Pays-Bas

Contact presse S&D

BERNAS Jan

Press Officer
Italie

PELZ Silvia

Press Officer
Allemagne

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Europe numérique et IA : aux yeux des S&D, la Commission européenne doit amplifier la dimension sociale des ambitions numériques de l’UE

Communiqué de presse

« L’Europe doit renouveler et améliorer les règles concernant son infrastructure énergétique », affirment les S&D

Communiqué de presse

Pour les S&D, la stratégie numérique européenne ne doit laisser personne sur la touche