Partager:

Ce 29 janvier, les eurodéputés se prononceront sur l’accord de retrait, ce 31 janvier à minuit, du Royaume-Uni de l’UE. Il s’agit d’un épisode triste de l’histoire de l’UE. Cependant, l’accord garantit une sortie ordonnée du Royaume-Uni, car il prévoit une série d’exigences formulées de longue date par le Parlement européen, dont la garantie des droits des citoyens.

 

Iratxe García, présidente du Groupe S&D, a déclaré ceci :

« Nous vivons un épisode triste de l’histoire commune du Royaume-Uni et de l’UE, dont nous espérions qu’il ne se produise jamais. Les eurodéputés doivent se prononcer sur l’accord de retrait qui formalise la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Aux yeux du Groupe S&D, la négociation de cet accord a toujours porté prioritairement sur la limitation des dégâts. Il s’agissait de protéger les droits des citoyens, de garantir l’absence de frontières à l’île irlandaise et de préserver l’intégrité du marché unique. »

« Dans la suite des événements, les eurodéputés S&D veilleront à ce que la relation future ne dégrade pas les droits en matière de travail et d’environnement, et à ce que les droits des citoyens restent la première priorité de l’UE. »

« Nous savons depuis le début que ce moment serait difficile pour de nombreuses personnes des deux côtés de la Manche. Il est d’autant plus difficile que nous devons nous séparer – avec tristesse mais aussi avec chaleur – des dix eurodéputés britanniques travaillistes exceptionnels. Ils se sont engagés sans compter pour tous les citoyens d'Europe et ont attribué à améliorer les vies de tous. Sans compter ceux qui les ont précédés, ces 45 dernières années. »

 

Pedro Silva Pereira, eurodéputé et porteparole S&D pour le Brexit, a déclaré ceci :

« Si le moment est triste, cet accord est un jalon important sur la voie d’une sortie ordonnée du Royaume-Uni. Il s’agissait d’un exercice de limitation des dégâts, destiné à protéger le processus de paix sur l’île irlandaise, à préserver l’économie transinsulaire ainsi que le marché unique de l’UE, et à apporter la clarté indispensable sur les droits des citoyens. »

« À présent, il est temps de se tourner vers l’avenir et d’élaborer une relation politique et économique avisée avec le Royaume-Uni. Dans cette nouvelle phase, le Groupe S&D agira conformément au principe qu’il ne peut y avoir de zone de libre-échange ambitieuse entre le Royaume-Uni et l’Union européenne que si celle-ci repose sur des règles du jeu équitables et des normes communes et élevées sur les plans social, environnemental et du travail. »

 

Eurodéputés impliqués

GARCÍA PÉREZ Iratxe

GARCÍA PÉREZ Iratxe

President/e
Espagne
SILVA PEREIRA Pedro

SILVA PEREIRA Pedro

Membre
Portugal

Contact presse S&D

Martin De La Torre Victoria
President's spokesperson

MARTIN DE LA TORRE Victoria

Espagne
Macphee Ewan

MACPHEE Ewan

Press Officer
Royaume-Uni

Sur le même sujet

Communiqué de presse

L’arrêt de la CJE contre Volkswagen montre l’urgence de l’instauration des recours collectifs au niveau de l’UE

Communiqué de presse

En l’absence d’une règlementation antiblanchiment, européenne et efficace, les criminels se remplissent les poches

Communiqué de presse

« Dans les recours collectifs, les droits des passagers doivent primer sur les intérêts de l’industrie », déclarent les S&D