Partager:

Les eurodéputés S&D ont participé à une mission en Croatie et en Bosnie, destinée à évaluer la situation des réfugiés. Ceux-ci vivent dans des camps à la frontière de la Bosnie avec la Croatie et leurs conditions sont très précaires.

Avec le gouvernement croate, dont le ministre de l’Intérieur Davor Bozinovic, les eurodéputés ont abordé les défis posés par les migrations aux politiques frontalières . En Bosnie, ils ont visité des camps à Bihac et Velika Kladuša, et ils ont rencontré des représentants de la société civile ainsi que des ONG.

Après avoir constaté la situation dans les camps, le Groupe S&D appelle la Croatie à créer un mécanisme indépendant de surveillance des activités frontalières. Il s’agit de s’assurer du respect du droit de l’UE, des obligations internationales et des droits fondamentaux. 

Isabel Santos, eurodéputée et porteparole S&D pour les droits humains, a déclaré ceci :

« Les conditions de vie dans les camps bosniaques m’inquiètent profondément. Nous avons vu de très nombreux enfants et mineurs non accompagnés. Il est crucial que l’éducation reste une priorité dans les situations d’urgence humanitaire. Dans ce contexte, nous attendons de tous les États membres de l’UE le respect, à tout le moins, des procédures d'asile internationales. La Croatie doit donc arrêter de refouler avec violence les migrants vers la Bosnie. Ces personnes sont déterminées à traverser la frontière à tout prix, et ce phénomène ne va pas s’arrêter. Nous appelons la Commission à se pencher sur les allégations de maltraitances à la frontière, et de prendre toute mesure nécessaire pour garantir le respect de la loi par les fonctionnaires. »

Bettina Vollath, eurodéputée S&D membre de la commission Libertés civiles, Justice et Affaires intérieures, a ajouté ce qui suit :

« Nous avons vu un grand lot de souffrances et de misère, aujourd’hui. Il s’agit bien d’une crise humanitaire. Or, les solutions existent, cette situation n’est pas inévitable. L’UE et ses États membres doivent assumer leurs responsabilités et lancer la réforme du système de Dublin, dont nous savons tous qu’il ne fonctionne pas. Von der Leyen s’est engagée à agir, mais nous attendons toujours. Dans ces conditions, les eurodéputés S&D maintiennent la pression sur la Commission pour que celle-ci avance de nouvelles propositions de loi concernant les visas humanitaires. Il s’agit de mettre en place des canaux sûrs et légaux d’entrée dans l’UE, destinés aux personnes qui en ont réellement besoin. Les refoulements illégaux et la violence à nos frontières extérieures doivent cesser immédiatement. »

Dietmar Köster, eurodéputé et membre S&D de la commission Droits de l'homme, a précisé les points suivants :

« Nous avons vu tant d’enfants soumis à tant de misère. Il est absolument essentiel que l’UE s’occupe spécifiquement des très nombreux mineurs non accompagnés, qui sont les personnes les plus vulnérables de ces camps. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur cette situation inhumaine. Si l’UE a un cœur, elle doit le montrer maintenant et agir. »

Eurodéputés impliqués

SANTOS Isabel

SANTOS Isabel

Coordinateur
Portugal
KÖSTER Dietmar

KÖSTER Dietmar

Membre
Allemagne
VOLLATH Bettina

VOLLATH Bettina

Membre
Autriche

Contact presse S&D

Czerny-grimm Inga

CZERNY-GRIMM Inga

Press Officer
Pologne
Macphee Ewan

MACPHEE Ewan

Press Officer
Royaume-Uni

Sur le même sujet

Communiqué de presse

Les S&D demandent des sanctions ciblées à l’encontre de ceux qui violent les droits humains en Azerbaïdjan

Communiqué de presse

25e anniversaire du génocide de Srebrenica : nous ne devons jamais oublier !

Communiqué de presse

Les actions unilatérales de la Turquie menacent la paix et la sécurité en Méditerranée orientale