Partager:

Ce 10 février, le Parlement européen adoptait la Facilité pour la reprise et la résilience (FRR) de l’Union.

Costas Mavrides, eurodéputé S&D et négociateur du dossier au nom de la commission Affaires économiques et monétaires, a réagi comme suit :

« L’UE a pris aujourd’hui une décision importante, qui lui permettra d’émerger plus forte et plus unie de la crise. En effet, le Parlement européen a adopté à une large majorité la Facilité pour la reprise et la résilience. Instrument clé du plan de relance Next Generation EU, il s’agit aussi de l’instrument financier européen le mieux doté. En créant une dette européenne partagée, la FRR finance les États membres à hauteur de 672,5 milliards d’euros. Il s’agit de subventions et de prêts, accordés pour contribuer au rétablissement des effets de la pandémie de COVID-19, et pour rendre les économies et les sociétés plus résilientes aux crises du futur et plus généralement durables. »

« La position de négociation du Parlement européen était claire dès le départ. Une crise sans précédent, génératrice d’immenses préjudices économiques et sociaux, nécessite des mesures sans précédent, qui doivent se traduire dans la pratique. Malgré les différences apparues au cours de négociations intensives, nous avons parcouru un long chemin pour réaliser cet accord. Cela témoigne de notre détermination à mettre en place une riposte européenne commune à la crise. Il s’agit d’une vraie pierre angulaire de l’édifice européen. »

« Nous avons aussi réussi à inclure des priorités clés de notre Groupe, comme l’implication des parties prenantes, la définition de la promotion d’une transition socialement inclusive comme objectif clé et la désignation du socle européen des droits sociaux et des ODD comme objectifs généraux. De plus, nous avons obtenu une hausse du préfinancement, et nous avons fait en sorte que cet appui technique vise aussi la réalisation d’investissements, et non seulement de réformes, dans les États membres. »

« Entretemps, nous subissons déjà la deuxième vague de la pandémie. Les travailleurs, les ménages, les entreprises, les groupes vulnérables, les femmes, les enfants, l’enseignement, la culture et de nombreux autres secteurs et groupes sont affectés et doivent être soutenus. La FRR permet aux États membres de lever des fonds significatifs pour les réformes et les investissements dans une vaste gamme de domaines politiques pertinents du point de vue européen : l’emploi, la santé, le tourisme, la recherche et l’innovation, l’environnement et l’énergie, les petites et moyennes entreprises, etc. Notre Groupe s’est battu pour permettre aux États membres d’utiliser immédiatement et efficacement cet argent, afin de faire face aux effets économiques et sociaux de la pandémie de COVID-19. Cela doit se faire conformément à l’agenda social et environnemental de l’UE. Il s’agit de rendre les économies européennes plus résilientes et capables de faire face aux chocs de manière équitable, durable et inclusive, en favorisant le bien-être pour tous. À présent, les États membres doivent soumettre immédiatement leurs plans nationaux, conçus pour répondre à leurs besoins spécifiques et destinés à s’attaquer aux effets sociaux et économiques de la pandémie de COVID-19. »

Eurodéputés impliqués

MAVRIDES Costas
MAVRIDES Costas
Head of delegation
Membre
Chypre

Contact presse S&D

Chiru Dana
CHIRU Dana
Assistant
Roumanie

Sur le même sujet

Communiqué de presse
« Le premier ministre tchèque Babiš saborde les valeurs européennes et trompe les contribuables européens », déclarent les S&D sur le conflit d’intérêts
Communiqué de presse
« Pas d’argent de l’UE pour les États membres non respectueux de l’État de droit », affirment les S&D
Communiqué de presse
Les S&D demandent la prompte mise en œuvre du plan de relance de l’UE, associé à une dimension sociale forte