Publié:
Partager:

Ce 22 février, la commission des budgets du Parlement européen adoptait un rapport qui demande que le futur financement de l’UE soit ambitieux et responsable. Ce rapport constituera le mandat de négociation du Parlement européen avec le Conseil.

Isabelle Thomas, viceprésidente du Groupe S&D et co-autrice du rapport parlementaire sur la révision du CFP, a déclaré ceci :

« L’Europe est confrontée à d’immenses défis : des millions de jeunes ne trouvent toujours pas de travail ; les effets du changement climatique se font de plus en plus ressentir ; la crise des réfugiés n’est pas terminée. Pour faire face à toutes ces questions, l’UE a besoin d’un budget bien financé et flexible. Dans cet esprit, le Parlement adoptait aujourd’hui une conception ambitieuse et sérieuse du prochain cadre financier pluriannuel (CFP), qui organise les budgets annuels européens des sept prochaines années. »

« Avant tout, il faut augmenter le montant total du budget de l'UE. Nous souhaitons que les États membres fassent passer leur contribution de 1 % du revenu national brut (RNB) à 1,3 %. L’Union disposera ainsi des milliards d’euros additionnels nécessaires pour répondre aux vœux des citoyens en matière d’Erasmus, de garantie pour les enfants, du défi posé par les réfugiés. »

« Ensuite, il faut réformer le mode de financement du budget de l’UE. Étant donné que celui-ci s’appuie principalement sur les contributions nationales des États membres, il se réduit d’année en année. En conséquence, il faut trouver un mode de financement plus durable, par l’ajout de ressources propres. Dans cet esprit, le Groupe S&D demande depuis longtemps l’instauration d’une taxe sur les transactions financières, d’une taxe sur les multinationales et de mesures d’ajustement carbone aux frontières de l'UE. »

Eider Gardiazábal Rubial, eurodéputée et porteparole du Groupe S&D pour le budget de l’UE, a ajouté ce qui suit :

« L’avenir de l’Europe est en jeu. En effet, les États membres demandent à l’UE de prendre en charge un nombre croissant de tâches – qu’il s’agisse d’éradiquer les causes fondamentales des migrations ou de prendre de nouvelles initiatives sécuritaires. Cela est positif, mais ne peut être réalisé effectivement que moyennant un budget correctement financé. Aux nouvelles politiques et objectifs doivent correspondre de nouvelles ressources financières, particulièrement pour combler le trou financier creusé par le Brexit. »

« Or, nous entendons que les économies de l’UE s’améliorent – mais les millions de jeunes Européens qui ne trouvent pas de travail ne s’en rendent pas compte. En effet, entre un tiers et la moitié des jeunes d’Espagne, de Grèce et d’Italie ne sont pas au travail ni en formation. C’est une honte. Dans ces conditions, nous ne soutiendrons aucun budget qui ne donne pas la priorité aux jeunes. »

« Il faut aussi de l’argent pour financer la lutte contre le changement climatique, qui reste le défi majeur de la planète. Or, le changement climatique ne connaît pas de frontières internationales. Nous ne serons donc efficaces qu'à condition de travailler ensemble. »

« En conclusion, nous appelons les États membres à s’atteler sérieusement à la tâche et à pourvoir l’UE de l’argent nécessaire pour faire une vraie différence dans la réduction des émissions de CO2 en Europe et dans le monde. »

 

Note aux rédacteurs

La commission des budgets adoptait aujourd’hui deux rapports distincts : un sur l’avenir du CFP, l’autre consacré aux propositions de ressources propres pour le financement du nouveau budget. Ce vote précède la publication par le Conseil européen de son approche initiale, fin février.

Les deux rapports seront soumis au vote de la plénière du PE, en mars. La Commission européenne avancera ses propositions en la matière début mai. Ensuite commenceront les négociations entre le PE et le Conseil, qui doivent aboutir à un accord officiel avant les prochaines élections européennes de 2019.

Le Groupe a aussi envoyé une lettre à tous les chefs d'État et de gouvernement, pour les exhorter à opter pour un budget européen bien financé.

Eurodéputés impliqués

GARDIAZABAL RUBIAL Eider
Coordinateur
Espagne

Sur le même suje

Communiqué de presse

Les S&D demandent la répression plus énergique du blanchiment d’argent

Communiqué de presse

« Nous sommes partisans de la justice climatique et sociale – les coupes sont inacceptables ! », affirment les S&D par rapport au budget 2020 de l’UE

Communiqué de presse

« Nous serons sur les trousses de Christine Lagarde pour que sa politique monétaire vise la durabilité et l’amélioration des vies des citoyens », déclare Iratxe García