Partager:

La plénière du Parlement européen s’exprimera ce 18 juin sur une résolution intitulée « Le tourisme et le transport en 2020 et au-delà ». En prévision de ce vote, les Socialistes & Démocrates ont présenté une proposition détaillée de soutien au secteur, destinée à pallier l'effondrement de celui-ci en raison de la propagation du coronavirus en Europe et dans le reste du monde.

Ismail Ertug, viceprésident S&D responsable du transport, a déclaré ceci :

« Le tourisme est un élément clé de la relance de l’Europe dans l’après-COVID-19. En effet, les grandes destinations vacancières d'Europe se situent dans les États membres les plus durement touchés par la pandémie. À présent, il faut se projeter dans l’avenir tout en garantissant la santé et la sécurité des voyageurs. Dans cet esprit, nous appelons la Commission européenne à instaurer un Fonds européen de Garantie voyages. Il s’agit d’assurer la stabilité financière de l’industrie, dans le cadre de l’application de la protection des consommateurs et dans le contexte de la crise actuelle et de toute éventuelle crise future. »

István Ujhelyi, eurodéputé S&D et viceprésident de la commission Transport et tourisme, a ajouté ce qui suit :

« La crise du COVID-19 a révélé l'amplitude de la vulnérabilité de l'industrie touristique. En conséquence, il faut absolument consacrer à celle-ci une ligne budgétaire du cadre financier pluriannuel, instaurer un mécanisme de gestion de crise, et élaborer une stratégie intelligente et durable pour le long terme. Notre exposé de position formule des propositions fortes pour le rétablissement de cette industrie cruciale pour l'économie européenne. Il s’agit d’un nouveau début, qui donne au secteur du tourisme dans son ensemble sa place légitime au sein des différents domaines politiques européens. »

Notes contextuelles :

L’exposé de position du Groupe S&D sur l’industrie du tourisme et du voyage présente, entre autres, les demandes suivantes :

  • développement d’un cadre européen pour les travailleurs de toute la chaîne de valeur de l’industrie du tourisme et du voyage ; garantie de conditions de travail décentes et de l’accès à la protection sociale pour l’ensemble des travailleurs, y compris les saisonniers et ceux sous contrats atypiques ;
  • élaboration d’un mécanisme de gestion de crise, afin de faciliter le lancement par les États membres d’une riposte européenne aux éventuelles crises futures ;
  • création d’un Fonds européen de Garantie voyages, afin d’assurer la liquidité financière des secteurs du tourisme et de l’aviation, le paiement des demandes de remboursement, et la possibilité par les compagnies de proposer dans des circonstances exceptionnelles des vouchers flexibles garantis, en lieu et place d'un remboursement en argent ;
  • élaboration rapide par la Commission d’une feuille de route pour un tourisme durable, adossée à des mesures innovantes de réduction de l’empreinte climatique et environnementale du secteur et d’encouragement aux investissements dans des systèmes de tourisme durable ;
  • mise en avant de l’importance de la promotion d’un changement de paradigme, afin de passer du tourisme de masse vers d’autres formes de tourisme culturel et durable.
  • instauration d’une certification de tourisme européen, qui intégrerait l’écolabel, afin de définir des normes minimales européennes en matière de santé et d’hygiène, pour contribuer à la restauration de la confiance des consommateurs dans le secteur et, par conséquent, au renouveau de celui-ci.

Eurodéputés impliqués

ERTUG Ismail

ERTUG Ismail

Vice-président/e
Allemagne
UJHELYI István

UJHELYI István

Membre
Hongrie

Contact presse S&D

Bernas Jan

BERNAS Jan

Press Officer
Italie

Sur le même sujet

Communiqué de presse

« Le train de mesures relatif à la mobilité a enfin vu le jour, pour rendre le secteur du transport plus humain, plus équitable et plus sûr », déclarent les S&D

Communiqué de presse

« Dans les recours collectifs, les droits des passagers doivent primer sur les intérêts de l’industrie », déclarent les S&D

Communiqué de presse

« Cette résolution appelle le Conseil de l’UE à agir, entre autres par l’émission d’obligations de relance », déclare Iratxe García